Un an sans Johnny Hallyday: «Le plus bel hommage est de faire revivre ses couleurs Desperados», témoignent ses amis bikers

Johnny Hallyday sur son Harley Davidson et ses couleurs Desperados.

Johnny Hallyday sur son Harley Davidson et ses couleurs Desperados.
  • Il y a un an, la France perdait son idole. « 20 Minutes » explore la manière dont le pays fait son deuil de Johnny Hallyday dans une série d’articles.
  • Ses amis bikers du club des Desperados, que Johnny avait fondé, ont réveillé le club depuis quelques mois.
  • Pour eux, faire vivre les couleurs des Desperados est le plus bel hommage qu’on puisse rendre à Johnny Hallyday.

« On s’est pointé voir le commissaire-priseur, je lui ai dit que si le blouson d’Adeline n’était pas retiré de la vente je déboulais avec 30 bikers et je bloquais toutes les enchères. » Jo Rodriguez ne plaisante pas avec les couleurs des Desperados, le groupe de bikers qu’il a co-fondé avec Johnny Hallyday au début des années 1990.

Il n’a donc pas hésité à s’introduire à l’hôtel des ventes de la maison Drouot, le 19 octobre dernier, lors d’une vente d’objet de Johnny Hallyday, dont le fameux blouson des Desperados d’Adeline Blondieau, son ex-femme. « Je leur ai expliqué que ce blouson des Desperados n’appartenait pas à Adeline, mais bien à nous, les Desperados. Tu ne peux pas vendre nos couleurs, c’est un manque de respect. Après un coup de fil à Adeline, elle a accepté de le retirer de la vente et nous a remis le blouson », relate Jo, pas mécontent de son coup de force.

Johnny Hallyday et son blouson des Desperados, avec Jo, à sa gauche.
Johnny Hallyday et son blouson des Desperados, avec Jo, à sa gauche. – Desperados

Concerts, mariage et motos

Depuis 1996, le club des Desperados s’était mis en sommeil après de nombreux rassemblements. Comme ce concert donné à Carpentras en 1994, jugé comme « mythique » par ceux qui y étaient. C’est d’ailleurs à l’occasion d’un concert que l’idée de réveiller le club a germé.